Il était une vieille , il était une foi

Le porche de l’église fut lisière d’un monde ,
l’entrée sur le mystère du jour et de la nuit 
où l’enfant que j’étais délaissait sa faconde ,
imaginant que l’ombre abritait des génies .

Des vieilles au cuir usé s’y rendaient à confesse ,
que j’observais cachée d’un tilleul ami ,
sur la place où la croix figée dans son aînesse ,
couvait comme une mère les tués à l’ennemi .

Le midi les voyait profitant de la sieste ,
Menues dans les atours pareilles à des souris ,
Couler dans le sacré de ce vaisseau modeste 
pour y dire leurs peines au lointain des maris .

Et martelant la dalle elles remontaient la nef ,
Leurs sabots blonds troublant la tristesse des lieux ,
Leurs petits yeux fouillant les vices du relief 
sous le regard doux d'une haie de gens pieux .

Tous les chemins de peau qui leur faisaient des rides 
étaient alors comblés devant l'évocation 
de leurs noces du temps où leur âme candide 
sur les lèvres aimées cherchait l'inclination .

C'est ainsi que leurs mains rencontraient les bougies 
et qu'un appel étrange amenait la caresse ,
sur les langues de feu elles posaient leurs soucis 
et leurs chagrins brûlaient unis aux chants de messe .

La cloche les tançaient , les tirant au réel 
et l'ombre bienfaisante les rejetait aux champs ,
aux corvées , aux époux , au servage femelle ,
aux mains d'un sort obscur éclairé par l'Ardent .

Vassillia Shagurin

woman-1031000_960_720