La pluie frappe au carreau sur le front de ma chambre 
à qui les feuilles mortes font des signes affolés ;
un petit monde étrange de hardes qui se tremblent 
 réclame en pleurant l’asile d’un foyer .

Sur les bras vigoureux des arbres centenaires ,
des écureuils inquiets s’affairent en couinant ;
leurs yeux roulant du ciel de couleur de colère 
à leur gîte apprêté jusqu'au prochain printemps .

Des gerbes de nuages s’assemblent en panache ,
et les chemins se vêtent d’un liseré de roux ,
les chênes résignés de leurs ors se détachent ,
l'automne est déjà là , emperlé de ses houx .

La montagne s’endort aux genoux des hameaux 
et ses hanches éteintes par un soleil fané
voit des coulées de bêtes descendre en troupeaux 
 et les naseaux des mas expirer leurs nuées .

Vassillia Shagurin 
Illustration : La Montagne Noire en automne

 

montagne noire